ENTREPRISE NATIONALE DU MARBRE - ENAMARBRE SPA
Enamarbre

COMMUNICATION DIRECTEUR GENERAL

Depuis fin 2011, l’entreprise s’est assigné l’objectif primordial de maintenir et d’assurer la survie de l’unité Fil Fila et surtout celle de Chatt qui était en voie de fermeture pour cause de limite extrême d’exploitation de ses gradins. L’absence de travaux de développement constatés depuis une dizaine d’année nous a poussés à démarrer et accentuer ces travaux. Pour y faire face, la seule voie indiquée était la location, en l’absence de moyens matériels propres à l’entreprise.

Ensuite, il fallait reprendre l’activité de la carrière de Krystel qui ne parvenait pas à assurer le minimum de production par manque évident d’équipements pour exploiter ses immenses potentialités, ceci après son abandon par le partenaire étranger en 2003.

La carrière de Mahouna à Guelma a été rouverte après 09 années d’inactivité, et une nouvelle carrière de Travertin est entrée en activité, dont la date d’octroi du titre minier remonte à Juin 2004.

Avant le lancement effectif de notre plan de développement, il fallait au moins maintenir le même niveau de production qu’auparavant. Cependant, tous les indicateurs économiques étaient en hausse à la fin de l’année 2012, en partie grâce à l’aide et l’assistance des entreprises sœurs.

Cette période a vu l’adoption d’une nouvelle organisation, avec la dissolution anticipée des filiales et la mise en place d’un nouvel organigramme de l’entreprise.

Enfin, il restait à lancer effectivement le plan de développement, chose dont s’est attelée l’entreprise depuis fin 2012 et qui se poursuit jusqu’à présent, dont la consommation de l’enveloppe allouée se concrétisera à la fin de l’année encours.
L’Entreprise, au cours du 1er semestre 2014, a continué dans son effort de réalisation de ses projets d’investissements tel que prévu dans son plan de développement approuvé, financé par crédit à long terme BNA de 2 100 MDA.

La priorité accordée à la réalisation de ce programme d’envergure a parfois, sur certains lieux d’activité, affecté l’atteinte de nos objectifs en termes de rendement d’exploitation.

Ainsi, sur une enveloppe accordée de 2 100 MDA, 1 570 MDA (75 %) ont été engagés à ce jour, dont 1346 MDA sont financièrement consommés. Le reste, qui va toucher les 3 segments d’activité, est en phase de traitement et sera engagé avant fin 2014.

Pour l’essentiel :

1. en matière d’investissements sur nos 3 segments d’activité :

Extraction de blocs
  • Nous continuons à mener les travaux de développement en carrière, réalisés par autofinancement, en vue d’augmenter les réserves exploitables, surtout à Fil-fila, afin de répondre à une demande de plus en plus croissante, qui va s’affirmer encore plus après mise l’entrée en production des nouvelles usines de transformation dont les capacités de production vont quadrupler.
  • L’essentiel des matériels de carrière à blocs, de sciage, de chargement, manutention et transport a été acquis et affecté aux différentes carrières.
Concassage des dérivés de marbre
  • Une nouvelle station de concassage complète vient d’être installée à la carrière de Mahouna (Guelma),
  • La carrière de Chatt a bénéficié d’une installation de concassage récupérée d’une entreprise-sœur (ENOF), augmentant sensiblement les capacités de production de cette unité.
  • L’installation des nouvelles stations de concassage a nécessité des travaux de génie-civil, d’une durée moyenne de 4 à 6 mois.
  • Les carrières de Fil-fila et Krystel (Oran) ont été renforcées par l’apport de concasseurs primaires et secondaires neufs, actuellement en fonctionnement,
  • Initiés depuis 2012, une reprise des travaux de développement en carrière ignorés depuis une dizaine d’années, est toujours menée à Chatt, pour augmenter progressivement ses réserves exploitables, afin de répondre à un approvisionnement régulier de sa nouvelle station (100 000 Tonnes/an et montée en production jusqu’à 130 000 Tonnes).
Transformation du marbre
  • D’ici la fin de l’exercice 2014, ENAMARBRE réceptionnera définitivement et mettra en fonctionnement normal d’exploitation, deux (2) nouvelles usines de transformation (Skikda et Sig) dotées d’installations neuves, qui sont en instance de montage, après réalisation de travaux de génie-civil en cours de finition.
  • L’usine de Guelma, par la réparation en état de marche d’un taille blocs, l’installation de 3 débiteuses et 1 polisseuse, et dernièrement la décision d’affectation d’un autre taille blocs neuf à titre de renouvellement, devra améliorer sensiblement son niveau et sa qualité de production de dalles.
  • L’acquisition de dispositifs de résinage de blocs et de dalles, permettra d’une part d’augmenter le taux de récupération sur les blocs de marbre et d’améliorer, d’autre part la qualité des dalles traitées en usine (Skikda et Sig).
Nous avons été obligés parfois en fonction des contraintes rencontrés, d’adapter, après accord des Organes de Gestion de l’entreprise, nos besoins en moyens matériels tels que fixés sur le Plan de Développement initial 2012-2016, tout en assurant la conservation des objectifs assignés en terme de production pour les 3 segments d’activité.

Il reste qu’il ne nous a pas été possible à ce jour :
- D’ouvrir la carrière d’El-Kaada, en raison de la présence d’infrastructures militaires mitoyennes à la carrière.

- D’utiliser les matières explosives au niveau des carrières de Mekla et Krystel pour raison sécuritaire. L’alternative de pallier à cette contrainte par l’utilisation du Terminator est à l’étude.

2. en matière d’exploitation

En terme de production, nous sommes loin des objectifs assignés pour les 6 premiers mois de l’année, avec des taux d’atteinte de l’ordre de 63 % pour les Blocs et 67 % pour les dérivés de marbre et la transformation en dalles et carreaux.

Bien que les travaux d’installation des nouveaux équipements aient perturbé le cycle d’exploitation, surtout dans la transformation de marbre et à un degré moindre sur l’activité dérivés avec la mise en place de nouvelles installations de concassage sur 4 sites, la baisse significative de production de blocs de marbre à Fil-fila présente une situation inattendue au regard des moyens matériels neufs conséquents mis à disposition de cette carrière qui n’arrive pas à décoller, les actions de développement continuant à être menées sans résultat immédiat.

Urgemment, nous devons revoir l’organisation de cette carrière, avec l’introduction d’instruments de stimulation plus affinés, incitant à une amélioration de la production en volume et qualité.

La commercialisation des produits, ne dépassant pas les 60 % de l’objectif, tous segments confondus, a subi les mêmes tendances avec une qualité moindre en terme de choix des blocs marchands à Fil-fila, influant négativement sur le niveau du Chiffre d’affaires.

Nous sommes toujours à la recherche de solutions à l’évacuation de la production de poudre de Chatt, alors qu’à Krystel, nous n’avons pas atteint le niveau escompté d’exportation de blocs de marbre, en surstock au niveau de cette carrière, malgré les efforts déployés dans ce sens.

Plusieurs mesures sont envisagées pour la vulgarisation de la fonction commerciale et la promotion de nos produits, notamment par le développement du réseau commercial et la réalisation d’actions de marketing. C’est à cet effet qu’une salle d’exposition (show room) a été réalisée et inaugurée à El Mouradia – Alger.